Feb 28

William Wagner au bout d'un suspense extraordinaire

Written by 

Il aura fallu attendre les tout derniers mètres de course du Rally van Haspengouw pour connaître le vainqueur de la 25ème édition de l’épreuve. L’écart entre les deux pilotes qui se sont disputé la victoire jusqu’au bout n’a jamais dépassé 8 secondes et il est même resté en dessous de 3 secondes pendant toute la deuxième moitié de la course. Maxime Potty a créé la surprise en s’imposant comme le premier leader et en se ménageant progressivement un petit avantage durant la 1ère boucle. Mais William Wagner a ensuite haussé le rythme pour se rapprocher de plus en plus près du pilote de la Citroën C3, sans toutefois arriver à le distancer clairement. De 0"5 en faveur de Potty au départ de la dernière boucle, l’écart entre les deux hommes est passé avant le dernier chrono à 0"8 à l’avantage de Wagner, qui s’est finalement imposé pour six dixièmes de seconde seulement. Rarement vu en Championnat de Belgique.
Au bout de ce suspense extraordinaire, un Français succède donc à un autre (Stéphane Lefebvre) au palmarès du Rally van Haspengouw. Mais William Wagner est quand même Belge par sa mère et a vécu à Dinant jusqu’à ses 16 ans.
"Cette victoire pour ma 3ème participation à l’épreuve me fait évidemment très plaisir," déclarait le lauréat à l’arrivée. "J’ai entamé la course un peu trop prudemment mais je suis ensuite bien revenu dans la lutte pour la victoire. Je n’ai toutefois jamais réussi à frapper un grand coup par rapport à Potty. Ceci dit, je ne devais pas prendre trop de risques ici. Je venais pour préparer la première manche du Championnat de France, le Rallye du Touquet, programmé dans 3 semaines. La VW Polo GTI de Sarrazin Motorsport m’a donné entière satisfaction. Le bilan est donc très positif. C’est pourquoi, après le Touquet, j’ai bien l’intention de revenir en Belgique disputer le Rallye des Ardennes, dans le jardin de ma jeunesse."
Pour la prestation qu’il a fournie un peu contre toute attente, évitant notamment toute erreur, Maxime Potty aurait tout autant mérité de monter sur la plus haute marche du podium. Mais il réalise quand même une excellente opération pour le championnat: "J’aurais évidemment apprécié de conserver l’avantage jusqu’au bout mais Wagner n’étant pas inscrit au Championnat BRC, je marque les points de la première place. La saison commence bien et j’espère que nous pourrons confirmer lors des prochaines manches."
A priori mieux cotés avant le départ, les autres ténors ont dû se contenter de se battre pour la 3ème marche du podium. Malheureusement pas toujours jusqu’au bout. Alors qu’il occupait la 3ème place, 18 secondes devant Bux, à mi-course, Adrian Fernémont a endommagé le radiateur de sa Skoda Fabia dans une sortie de route à haute vitesse dans l’ES 7 et a dû abandonner. Également 3ème un peu plus tôt, Kris Princen a payé cher une panne de pompe à essence sur sa Citroën C3 qu’il hissait au 2ème rang en début de course. Il a ainsi dû se contenter de la 7ème place entre deux pilotes qui ont livré une prestation très méritoire: Bastien Rouard (Skoda Fabia) et Jonas Langenakens (Mitsubishi Lancer).
"C’est évidemment décevant, mais je me suis bien amusé et c’est ça le principal," concluait Kris Princen.
Finalement, la lutte pour cette 3ème place a largement participé au suspense en opposant Gino Bux et Cédric Cherain, qui découvraient respectivement la VW Polo GTI ex-Verschueren et une Hyundai i20 N. Bux avait pris un bon départ, signant notamment le meilleur temps dans les spéciales 3 et 4. Mais Cherain est ensuite monté progressivement en puissance pour prendre l’avantage juste après la mi-course et devancer Bux de 32 secondes. Auteur d’une course régulière quelques secondes devant Rouard, Cédric De Cecco complétait le Top 5.
Ayant mesuré la difficulté de revenir sans entraînement sur une voiture de pointe (une Skoda Fabia Rally2) après de longues années d’inactivité, Marc Timmers, secondé comme il y a 33 ans par Stéphane Prévot, peut se consoler d’une modeste 13ème place avec la victoire dans le classement ‘Master'.
Timmers termine juste derrière le meilleur du peloton de Porsche GT3, Marvyn Henrard, qui a livré une respectable prestation pour ses débuts en Championnat National avec la Porsche 997 ex-Guillemin. Il a certes profité des déboires de Gunther Monnens, leader pendant deux boucles avant d’arracher une roue de son bolide à Walshoutem, et de Glenn Janssens, qui effectué près de la moitié de la course au petit trot après avoir aussi endommage la suspension de sa 911.
Dans l’autre clan de spectaculaires propulsions, celui de la Moood M-Cup, Patrick Diels a exercé de bout en bout une domination impressionnante sur sa BMW 130i, pour devancer le populaire Bjorn Syx (M3 E30) de 19" et Philip Lommers (M3 E36), un fidèle de cette course dans la course, de 1’37". Auteur d’un beau sprint final, Loïc Pirot a pris in extremis l’avantage sur Franky Boulat.
Dans le Junior BRC, Jonas Dewilde n’a pas souffert l’opposition attendue du Britannique Fraser Anderson (Ford Fiesta) pour imposer sa Renault Clio RS. 3ème sur une voiture similaire, Lyssia Baudet a remporté la Ladies Cup. En Historic BRC, Dirk Deveux n’a pas dû forcer le rythme après que Tom Boonen, auteur d’une prestation encourageante, ait été retardé par un bris de câble d’accélérateur sur sa Lancia Delta. Dans le 2WD Trophy, les lauriers sont revenus à Faustin Lahy (Renault Clio), devant Bruno de Wilde (idem) après que le local Christiaan Spelmans ait été lourdement pénalisé par une crevaison.
62 des 76 équipages ayant pris le départ ont finalement eu la satisfaction de rejoindre l’arrivée de ce palpitant 25ème Rally van Haspengouw

Rate this item
(1 Vote)
Read 4708 times Last modified on Tuesday, 09 January 2024 13:01